mardi 20 novembre 2012

Entretien avec Anne-Françoise Kavauvea

Difficile de bloguer d'une plateforme à l'autre un article intéressant qu'on a pu trouver ailleurs (en l'occurrence sur Encéphalogramme du spectateur un blog Wordpress). Or je tombe à l'instant sur ce billet et éprouve le besoin d'en citer ici quelques lignes, pour mieux partager avec vous les réponses de Anne-François Kavauvea - libraire à Lyon au tout nouveau "Point d'Encrage" -, aux questions de son interlocutrice du moment, Pauline Catherinot.

Photo prise par Armand Dupuy au Point d'encrage, librairie à Lyon.

De l'audace, de l'enthousiasme et une belle envie de saluer cette initiative.

- Pauline Catherinot : On trouve chez vous de vrais trésors, notamment de petits éditeurs ou des livres qu’il est parfois difficile de trouver… je pense par exemple aux booklegs de maëlström… votre identité semble se dessiner à rebours du commerce… 
- Anne-Françoise Kavauvea : Pour moi, un livre n’est pas un objet comme les autres. J’ai du mal à adopter une démarche commerciale. Mais tout compte fait, cette attitude est sans doute celle qui fera vivre notre librairie, car les livres que nous vendons le mieux sont ceux-là, ceux qu’on trouve rarement  d’ordinaire. Les éditeurs indépendants nous soutiennent beaucoup, et cet échange est particulièrement enrichissant. 
- Pauline Catherinot : Comment se décline votre politique d’achat ? 
- Anne-Françoise Kavauvea : Cette politique est plus guidée par la passion que par la raison, même s’il m’arrive de faire des concessions. Il y a des auteurs (très largement représentés partout) dont on ne trouve pas les livres ici. Je suis extrêmement attachée à l’idée de proposer de beaux et bons textes. Parfois Emmanuel parvient à me convaincre que tout de même, il y a des titres qu’il faudrait avoir. [...]

Vous pouvez lire l'entretien dans son intégralité ici, en cliquant sur Le point d'encrage d'Anne-Françoise Kavauvea.

Consulter Encéphalogramme du spectateurblogue de Pauline Catherinot.