lundi 26 septembre 2011



Riccardo Chailly bouleverse le programme, Maria-João Pires interprète Mozart de tête.

vendredi 16 septembre 2011

Résidence virtuelle - Collège René Cassin

09.11 Premières séances cette semaine avec les 3èmes D du Collège René Cassin à Baume les Dames. Une enseignante particulièrement réactive et dynamique, Isabelle Lecerf-Apollon qui a bien voulu créer et encadrer le réseau FB de la 3ème D, tente avec nous et depuis lundi l'expérience concertée d'un atelier numérique sur la ville, pariant sur le contemporain numérique et des auteurs publie.net - François Bon, Michèle Dujardin, Arnaud Maïsetti ou bien Philippe Vinau... - qui ainsi viennent compléter le corpus d'autres auteurs déjà au programme, des classiques, tels que Michaux ou Cendrars notamment.

Faire du numérique à partir du numérique et via un compte Facebook c'est à la fois sensibiliser ces élèves aux Techniques de l'Information et de la Communication, ces fameuses TIC, mais également leur permettre en classe d'apprendre à utiliser l'un de ces réseaux dans une perspective bien précise, puisqu'il s'agit pour leur professeur et moi-même d'engager des échanges dans un cadre clairement défini, avec des auteurs confirmés

Pourquoi un compte Facebook plutôt qu'un blogue ? Parce que ce dernier  offre pour l'instant la possibilité via Social Memories d'imprimer une activité qui permette de faire du mur, et des informations qu'on peut y collecter, un véritable Journal papier  qu'on pourra archiver à la Médiathèque Jean Grosjean ou tout simplement offrir aux élèves. 

La dimension au départ performative de cette expérience aussi - puisqu'il s'agira bien en fin de compte d'effacer le mur à l'issue de la résidence - paramétrée pour proposer aux élèves et à leur professeur un Espace Numérique de Création, a été elle aussi  déterminante. Tandis qu'un blogue reste +/- ouvert et directement accessible à tous sur la toile, notre ENC fonctionnera en vase clos - entre élèves, enseignant et auteurs au sein de cette résidence virtuelle - parce qu'on peut imaginer qu'une critique constructive des articles proposés à la lecture par les élèves, soit plus souple dès lors qu'elle reste confidentielle.

Les choses se mettent progressivement en place. Après avoir collecté des informations dans Baume en périphérie, centre ou hyper-centre, les élèves de la 3ème D ont commencé mardi dernier à travailler sur les mots, les images, les sons de la ville, revoyant par exemple champs lexicaux ou champs sémantiques. D'ici quelques jours ils rédigerons à partir de phrases amorces puisées chez François Bon, Michèle Dujardin, Arnaud Maïsetti ou Philippe Vinau, leurs propres textes. Sous forme d'articles leur professeur les partagera sur notre mur et nous verrons bien à ce moment si l'expérience porte ses fruits...