samedi 14 mai 2011

Pas sur la neige. Et j’ai sous les yeux — mesure 28 — un paysage qui sera triste et glacé. Je vois ces petites pattes d’oiseaux insistantes expressives et douloureuses —, là où d’autres savent qu’il va falloir faire avec, frapper pour que la corde vibre. Et j'écoute.

rien sinon le chant que nul
n’a chanté


Pas. Sur la neige. Possible que cet oiseau-là se brûle les pattes morendo très lentement, mesure 34 — où vous n’entendrez plus qu’une chute de pluie fine.

vendredi 13 mai 2011

tendre la
Nuit — neige

en déchirement de paille

emprunte
lyrique,

//

au cordage cru des veines

tendre la
Nuit — neige

Glissement, haleine trempée de feu de sel où boire
encore
l'effondrement des jours — injonction d'un visage ?
l'amnésie des gravats

puis
au plus près, l'écran
des mûriers en fleurs

Près d'eux, la nuit sous la neige, éd. Cheyne, 2005, p. 36-37.

lundi 9 mai 2011

29ème Marché de la Poésie, Place St-Sulpice

Marché de la poésie - stand 406 - Place Saint-Sulpice, Paris VIème.

30 ans de Poésie - du vendredi 27 au lundi 30 mai 2011 de 12h30 à 19h30, Jean-François Manier vous accueille pendant quatre jours pour mieux vous présenter l'ensemble du fonds de Cheyne éditeur.

Il vous invite à cette occasion à venir rencontrer les poètes Jean-Marie Barnaud (Fragments d'un corps incertain, Prix Apollinaire 2010) le samedi 28 mai, de 15h à 16h, et David Dumortier (Les Bateaux qui parlent) le dimanche 29 mai, de 15h à 16h.

mercredi 4 mai 2011


[...] Cinque Terre [...] et, avec la même parcimonie, ses sourires et paroles. Grâce aux cimes qui permettent, une fois atteintes par les sentiers de chèvres, de deviner la chaîne étincelante des Alpes et de dominer sans tourner la tête la mer, grâce à cet échelonnement sans rupture des plans de culture ayant exhaussé les pentes abruptes en jardins suspendus dont les cinq bourgades forment comme des belvédères qui donnent parfois l'impression de s'épier entre elles dans la perspective de quelque tacite et secret concours de beauté, elle possède un argument gratuit de nature à faire regretter, ou peut s'en faut, de n'être ici que de passage.

Candide présent de l'aube. Deux corbeilles de pommes déposées devant la porte par la voisine. Rouges et rondes comme il se doit, telles des joues. Avec de toutes petites mouches presque invisibles voletant d'un calice à l'autre [...]

Notes, Laura Fiori, Martin Zielger, éd. L. Mauguin, 2011 (sans pagination). En illustration, un plan de Nice Lago, premier long-métrage de Martin Ziegler (disponible sur la toile depuis le 27 avril 2011).