samedi 15 janvier 2011

[...] (des parcelles de théiers, de pins, de fleurs mauves, une composition de toits noirs, un quadrillage de ruelles, un agencement dissymétrique de maisons basses) : nulle clôture (sinon très basse) et cependant je ne suis jamais assiégé par l'horizon (et son relent de rêve) [...]

Roland Barthes, "Le cabinet des signes", L'empire des signes, aux éditions du Seuil, coll. Points, 2007, p. 149.

vendredi 14 janvier 2011

et les premiers oiseaux que la clarté dissémine

et puis, cet instant rêvé — le souffle du jour sur les plis de l’herbe comme un cantique.