lundi 15 juin 2009

Débordement de mon impatience. Se souvenir. Je me souviens du trajet, du chemin, de sa courbe dans le paysage, flouté légèrement - celui qu'on observe sur la photo. Une masse noire veinée de bleu décroche la perspective. Détail. Lumière sur le côté. Un coin de ciel rongé par l'obscurité. RER, TGV, arrivée.

samedi 13 juin 2009

oh la douceur
de tes mains
obscurité

(Sylviane Dupuis)

(Savoir que la nuit demeure toujours présente sous le jour ; et que le jour en aura toujours besoin pour ne pas se trouver anéanti dans sa propre lumière.)

Sylviane Dupuis, Cahiers 1985-1989 : Travaux du voyage.

vendredi 12 juin 2009

toi
je touche un monde
du doigt

[... là où précisément le lieu "se composant dans son harmonie prend, pour ainsi dire existence et comme conscience de lui-même",

Paul Claudel, Le Temple de la conscience, 1896.]

*

de toi
à moi
l'infini clos

(Sylviane Dupuis)

jeudi 11 juin 2009

ces choses toujours plus belles à la lisière
des champs à mesure plus noires

du jour transition à la nuit, le ciel au-delà
se détournant difficile comme à saisir