dimanche 23 mars 2008

Jaccottet à nouveau. La neige, comme la pluie et ses fins réseaux qui maillent le paysage, appartient aux motifs récurrents d’une œuvre où le langage se conforme non seulement à l’élémentaire dans ce jeu passionné de l’ombre et de la lumière, du noir et du blanc, des formes avec l’informe, mais également sollicite l’absente, une présence mesurée dans le vif de la disparition et qui très certainement se dérobe à toute description, verger, ou encore figure féminine qui plus simplement investit un jardin.